Réagissons!





Monseigneur, que faites-vous dans le GDIR  ?



Un ami agnostique a demandé s’il pouvait faire partie du Groupe de dialogue interreligieux local.
Car il s’étonne que dans cette structure il y ait des bouddhistes et musulmans alors que le bouddhisme et l’islam ne sont pas des religions.

Oui, que faire pour dialoguer avec ce groupe qui devrait, plus simplement, s’appeler Groupe de dialogue ?
Comment procéder pour qu’un sujet proposé soit retenu ?
Comment ne pas être encore blackboulé par le veto du président, musulman ?

Monseigneur, un sujet devrait s’imposer à vous tous : le hâlal.
Savez-vous, Monseigneur, que le hâlal n’est pas conforme à la loi française ?
Vous souvenez-vous qu’à une époque, c’est vous qui avez répandu le hâlal à La Réunion, encourageant les chrétiens à manger hâlal, alors que c’est contraire à la foi chrétienne ?

Savez-vous que le hâlal permet aux musulmans de percevoir une taxe hâlal payée par les dhimmis que nous sommes sur les animaux tués sans anesthésie, par un musulman, l’animal tourné vers La Mecque ?
Vous êtes-vous demandé pourquoi 100 % des consommateurs de volailles et de bœufs ici mangent hâlal -à leur insu la plupart du temps- alors que les musulmans ne sont même pas 10 % de la population ?

Acceptez-vous (oui, apparemment) que toute cette viande hâlal ne soit pas étiquetée comme telle dans nos commerces, libres-services et grandes surfaces ?
Trouvez-vous normal, vous évêque, que des chrétiens mangent une viande sur laquelle le sacrificateur a dit « Bismillah » (Au nom d’Allah) en tuant la bête ?
Savez-vous également que les sacrifices de l’Eïd sont illégaux en France (y compris à La Réunion) ?

Savez-vous que les musulmans travestissent même l’histoire du peuple juif en affirmant que c’est un certain Ismaël qu’Abraham s’apprêtait à sacrifier ? Alors que c’est Isaac !

Monseigneur, pouvez-vous accepter toutes les compromissions au nom d’un dialogue interreligieux ?
Le rôle d’un chrétien, à plus forte raison évêque, n’est-il pas d’annoncer que Jésus-Christ est Dieu fait homme, qu’Il est mort sur le bois de la croix puis est ressuscité ?