Réagissons!





Argumentaire circonstancié pour Laïnati ALI




Dans votre réponse à Yasin, vous apportez des réponses qui, en fait, n’en sont pas.

  • Vous dites que le conseil municipal, majorité et opposition unanimes, a voté une subvention de 200 000 € pour la communauté comorienne. Que Mme Dindar et M. Victoria aient suivi comme des moutons la volonté du maire ne signifie nullement que cette subvention ait été votée à bon escient et soit juste.
  • Vous parlez de communauté comorienne à La Réunion. Il ne devrait y avoir ici qu’une seule et unique communauté : française. Parlons un peu de ce fameux vivre ensemble réunionnais. C’est une blague de mauvais goût. Les musulmans ne se mélangent pas avec les autres composantes. Et les musulmans indiens ne se mélangent pas avec les musulmans de l’archipel (mahorais et comoriens). Il ne faudrait tout de même pas mélanger les serviettes et les torchons !
  • Tous nos ancêtres, que vous le vouliez ou non, sont les Francs et nous n’avons pas d’autres racines que des racines judéo-chrétiennes, que vous le vouliez également ou non. Ici et partout dans le monde et même dans les pays musulmans nous vivons en 2015 après Jésus-Christ. Et non pas en 1383 après Mohammed. Par cette simple erreur, vous apparaissez mal intégrée à la France et vous semblez vouloir réécrire l’histoire de la France et de l’Europe dont La Réunion est partie intégrante.
  • Vous insultez les opposants à la construction de ce centre comorien en suggérant qu’ils sont malveillants. Les opposants voient justement en cette construction qui ressemble fortement à une mosquée le signe d’une absence de volonté d’intégration. D’ailleurs, l’énorme calligraphie en arabe sur la façade de l’édifice qui est extraite du Coran XX, 114 en dit long sur le désir de cette communauté de vouloir imposer le Coran en arabe comme livre culturel. Le Coran est un ouvrage qui se veut cultuel et cette mention indique la vocation cultuelle de ce bâtiment. Par ailleurs, le fondement de la société française est la Bible et non le Coran.
  • La mairie a la charge de l’entretien de l’église de la Délivrance et la restauration intérieure en cours mettra en valeur la beauté et le charme de cet édifice qui a magnifiquement été restauré extérieurement. Mais la Délivrance est un monument historique. Pas le centre comorien en projet. C’est pourtant là une différence de taille que vous ne parvenez pas à percevoir. Vous voudriez justifier la subvention de 200 000 € (susceptible d’augmentation) en faisant le parallèle entre la Délivrance, monument historique, et le projet sur le papier d’un centre culturo-cultuel musulman. C’est intellectuellement décevant, madame.
  • En quoi la fin des repas de substitution serait-elle stigmatisante ? La cuisine française dont notre cuisine créole fait partie est réellement gastronomique. Jeter le discrédit sur notre propre cuisine est très méprisant. Dites-nous, Mme Ali, est-ce qu’aux Comores les touristes ont droit à des mets à base de porc ? Éduquer nos enfants au bon goût français est primordial. Manger un cari de porc au palmiste est un délice auquel devraient pouvoir goûter tous les enfants à La Réunion. Faire croire à nos enfants que Dieu interdit aux hindous de manger du bœuf, aux musulmans de manger du porc, aux juifs de manger des fruits de mer mais qu’Il permet aux chrétiens de manger de tout est insupportable. Comment, vous qui êtes déléguée à l’intégration dans notre municipalité, pouvez-vous encourager un tel nivellement intellectuel par le bas de nos enfants ?
  • Seule la Direction des services fiscaux peut autoriser l’association comorienne porteuse du projet à émettre des reçus fiscaux à la condition expresse que la demande lui aura été faite avant l’annonce face à un public d’électeurs… Est-ce bien le cas ? Si l’association comorienne ne peut produire ce justificatif dûment daté de la DGFiP, qu’elle fasse le deuil de ces réductions d’impôts ! ! !
  • Puisque vous parlez de culture comorienne, pouvez-vous nous citer un compositeur ou chef d’orchestre comorien ? Un pianiste comorien renommé ? Un accordéoniste comorien reconnu ? Un photographe portraitiste comorien ? Un auteur très apprécié de pièces de théâtre comorien ? Une diva comorienne ? Un acteur de cinéma ou de théâtre comorien ? Un humoriste comorien ?
  • Combien de nos compatriotes comoriens vont au musée Léon-Dierx ? Combien d’entre eux écoutent de temps à autre avec ravissement Bach, Mozart, Händel, Mahler, Debussy, Ravel, Satie, des chants orthodoxes ou grégoriens ? Combien sont entrés dans notre cathédrale, monument historique ?
  • Combien, parmi nos compatriotes comoriens et mahorais, ont lu le Nouveau Testament, fondement de notre civilisation occidentale ? Combien lisent le Coran en français ?