Réagissons!





Qui est véritablement responsable de la mort d’Elio, tué par un requin ?





Son père n’a voulu accuser personne et son silence digne est à son honneur.
Je me suis rendu à l’église de Saint-Gilles-les-Bains pour assister jeudi après-midi à la cérémonie religieuse des funérailles d’Elio.
J’en ai profité après pour me rendre sur les lieux du drame à environ 400 m du cap Homard sud.
Je me suis arrêté d’abord au cap Homard sud.
Et là, surprise, aucun panneau d’interdiction de baignade.
Le seul panneau en place se situe à sept ou huit mètres de haut, vandalisé d’un grand trou, pas immédiatement visible si l’on ne va pas directement sur le cap proprement dit.
Certaines lettres sont à peine visibles.
Ce n’est que rentré chez moi et en visionnant sur mon ordi une photo que j’avais prise avec un téléobjectif que j’ai pu prendre connaissance de son exact contenu.
Il s’agit à cet endroit du signalement d’un danger de courant violent si l’on nage.
Pas de trace d’arrêté préfectoral ni d’interdiction de se baigner ou de surfer.
Tout au long de cette longue page, aucune signalisation verticale (panneaux).
Tout au bout de cette plage, en direction du Sud, une petite plage de coraux accessible par un escalier pentu aux marches très hautes débouchant sur un sentier dans un triste état.
Il y avait un panneau à l’entrée de l’escalier mais, vandalisé puis disparu depuis belle lurette déjà, il n’y était plus quand Elio et ses petits camarades de surf l’ont emprunté (il ne reste que deux poteaux métalliques porteurs).
J’ignore son contenu mais je ne doute pas, au vu d’autres que j’ai pu voir ailleurs, qu’il n’était en rien dissuasif vu le nombre ahurissant de surfeurs adultes qui s’adonnent à leur passion chaque matin à cet endroit et encore davantage les dimanches et jours fériés. Curieusement, ce dimanche matin 19 avril, il n’y a eu personne.
Des panneaux réglementaires ne sont par ailleurs pas forcément adaptés.
Il nous semble que le nombre de morts dans l’océan depuis 2011 en est une preuve flagrante.
On ne peut, certes, pas grand-chose contre la bêtise humaine et l’illettrisme mais les personnes ayant eu une fin tragique sur nos côtes n’étaient ni des illettrés ni des idiots ni des personnes suicidaires.
Sur cette petite plage, il n’y avait pas et il n’y a jamais eu d’avertissement à prendre au sérieux.
Elio avait bien entendu parler d’attaques de requins mais en l’absence de signalisations claires et nettes dissuasives et devant le nombre de surfeurs voulant aller avec lui à l’eau ce dimanche matin-là (six jeunes camarades), il n’a certainement pas imaginé pouvoir se retrouver face à un requin bouledogue dans 1, 20 m d’eau.
Erreur fatale de jeunes, se croyant à l’abri d’une attaque de requin dans un plan d’eau si peu profond.
Je reste persuadé que si la municipalité précédente puis l’actuelle avaient fait correctement leur travail en mettant en place une signalétique réellement dissuasive, Elio serait encore en vie.
J’en suis très intimement persuadé.
Elio n’avait pas les traits d’un jeune imbécile et ne l’était pas.
Mais il n’avait que 13 ans, l’âge d’entrée dans les « teen ».
Peut-on l’accabler encore post mortem de n’avoir pas eu la maturité que n’ont pas non plus des adultes qui fréquentent journellement ce spot « interdit » ?
La préfecture pond des arrêtés mais ne prend pas ensuite des mesures coercitives efficaces à l’encontre des contrevenants. Autant faire pipi dans un violon ! ! !
Les gendarmes font ce que la hiérarchie préfectorale leur commande de faire.
Ils se rendent donc sur des spots interdits de surf pour faire de la prévention essentiellement (ce qui est nécessaire) et quelquefois mettent des contraventions.
Parfois, des contrevenants reçoivent une convocation à la gendarmerie.
Mais des contraventions de 30 € ne doivent hélas pas inquiéter outre mesure ceux qui ont des moyens financiers ni ceux qui sont insolvables.
Face à tant de morts de jeunes, il faut revoir une signalétique administrative purement réglementaire mais totalement inadaptée lorsqu’il y en a une, l’absence d’une communication efficace radio-télé, responsabiliser efficacement les jeunes de clubs en leur faisant prêter serment publiquement de ne jamais surfer sur des spots interdits ni d’y nager et de ne jamais y accompagner des camarades mais de les convaincre au contraire de refuser de braver l’interdit.
À la plage de L’Étang-Salé-les-Bains, hier après-midi vendredi, j’ai traversé immédiatement la route en quittant le parking pour aller faire des photos de l’absence de signalisations de danger ou d’interdictions sur cette immense plage de sable noir.
Ce que je faisais autrefois pour accéder à cette belle plage, sans toutefois entrer ensuite dans l’eau.
Un quidam aurait donc pu, hier, aller directement à l’eau et y laisser sa vie.
Ce n’est qu’à mon retour au parking en faisant marche arrière que j’ai aperçu un tout petit panneau à l’entrée du petit escalier menant à la plage. Vraiment discret comme panneau dissuasif !
Et il y est question d’un danger requins mais absolument pas de celui de promenade au bord de cette plage létale (une amie y est décédée, emportée par une grosse vague alors qu’elle ne faisait que marcher le long de la plage ; son corps, très probablement happé par un requin, n’a jamais été retrouvé).
Aucune mention d’une interdiction quelconque ! ! !
Enfin, notre association tient à mettre en exergue la responsabilité de la présence de la réserve marine dans la problématique requins qui ne peut être douteuse.
Il faut absolument déplacer cette réserve marine extrêmement loin des activités nautiques.
Il serait même criminel de la garder à cet endroit.
Nous interpellons le ministre des Dom pour lui rappeler que les vies de jeunes surfeurs et nageurs valent infiniment plus que les énormes subventions attribuées si généreusement à cette réserve marine.
Enfin, il faut sécuriser au plus vite quelques spots pour que la belle discipline du surf puisse être pratiquée en toute tranquillité et sécurité.
Je suis honteux de l’existence dans notre presse de posts vomitifs stigmatisant un sport de bobos et de Zoreils.
Un certain nombre de Créoles quand ils tombent sur plus compétents qu’eux, par jalousie se réfugient dans des insultes, la xénophobie, l’ostracisme et le racisme.
Elio, prie pour ces médiocres et pardonne leur ce bas niveau.
Que ta mort ne soit pas vaine et permette la progression de ce beau sport que tu aimais tant !
Armand GUNET
www.reagissons-la-reunion.fr

*****



*****



Le panneau sur le cap Homard sud qui rejoint la petite plage dite des Aigrettes. Quasiment illisible et vandalisé.

*****



*****



La petite plage des Aigrettes où est décédé Elio, mordu par un requin bouledogue. Aucun panneau d'interdiction de part et d'autre de cette plage.

*****



*****



*****



*****

Plage de L'Etang-Salé-les-Bains



Photo panoramique de la plage de L'Etang-Salé-les-Bains : inutile de chercher de quelconques panneaux de prévention ou d'interdiction.

*****




Le voilà, le seul panneau, bien à l'abri des regards et de taille plus que modeste, à gauche de l'escalier qui descend à la plage.